RASPIPAV et autres dégustations de novembre

RASPIPAV et autres dégustations de novembre

Comme chaque année, la fin du mois d’octobre et le début de novembre apportent leur lot d’événements vin rendant mon foie fou, mais mes papilles heureuses. J’ai particulièrement apprécié mes dégustations au RASPIPAV cette année. Il faut dire que d’année en année, je me sens plus à l’aise d’identifier ce que j’ai envie de déguster. Je me perds donc moins dans toute l’offre présentée ! Voici en rafale les vins qui m’ont émue, fait vibrer, dressé le poil des bras.

Domaine du Possible, CE N’EST PAS LA MER À BOIRE 2014

  

Situé dans la partie nord-ouest du Roussillon, Loïc Roure s’est installé dans l’ancienne cave coopérative de Lansac (au nord du département des Pyrénées orientales) en 2003. Il exploite sur des sols variés un petit domaine d’une dizaine d’hectares sur lequel il cultive le carignan, le grenache et la syrah ainsi que les macabeu, grenache gris, grenache blanc, et carignan blanc. Les sols du Domaine du Possible sont travaillés à l’aide de motoculteur, de chenillard ou tout simplement de pioches. L’emploi de désherbants et de pesticides est totalement interdit sur le domaine. Les traitements printaniers sont réalisés avec du soufre et, selon le millésime, avec de la bouillie bordelaise. Le domaine utilise aussi diverses infusions de plantes. L’amendement des sols est adapté selon la vigueur des parcelles et de leur passé chimique plus ou moins marquant. Loïc Roure nous offre une vision très personnelle du Roussillon, il propose des vins francs au goût complexe à travers lesquels une partie du raisin, une partie des schistes et une partie du vigneron s’expriment sans barrière afin qu’il nous soit encore possible de boire vrai! – Oenopole

J’ai découvert ce vin quelques semaines avant de le re-déguster dans les bureaux de l’agence Oenopole. Je l’avoue, mon choix s’est arrêté sur ce vin en raison du nom et de l’étiquette. Comme quoi être superficielle paie ! Un nez de fruit concentré de figue, des notes minérales, une finale épicée, tout y est pour me séduire, surtout grâce à la fraîcheur du vin qui donne envie d’y replonger les lèvres. Le sympathique vigneron Loïc ajoute au bonheur avec sa générosité.

Dispo : si vous passez dans le coin de Thetford Mines, assurez-vous de prendre quelques flacons à la SAQ. Le vin a rapidement disparu des étagères des autres succursales, mais il reviendra au printemps. Prenez le nom en note!

Domaine Matassa, MATASSA ROUGE 2014

  

Gentilhomme au sourire immense, Tom Lubbe, qui est originaire de Nouvelle-Zélande, a d’abord été remarqué pour avoir fait les vins les plus authentiques jamais faits en Afrique du Sud. Aujourd’hui, c’est dans le Roussillon, sa terre d’adoption, qu’il partage son amour du vignoble… naturellement.

Tom possède 14 hectares de vignes autour du village de Calce. Sur ces terres arides, il cultive grenache, carignan, macabeu et muscat (d’Alexandrie et à petits grains). La vision de Tom est simple : pas de chimie dans les vignes, pas de connerie à la cave. Pour reprendre ses mots : « La génération actuelle de vignerons a la difficile tâche de développer un style de vinification qui réussira à capter la puissance du lieu et des terroirs, de façon à ce que nous soyons énergisés (et non brusqués!) lorsque nous buvons leurs vins. » Tout à fait d’accord, Tom! – Oenopole

Tom Lubbe, rencontré lors d’une dégustation dans les bureaux d’Oenopole quelques jours avant le RASPIPAV, expliquait son parcours de l’Afrique du Sud au Roussillon : un changement important de région vinicole et une volonté de faire du bio. Tom avait travaillé au réputé Domaine Gauby quelques années auparavant. Au Domaine Matassa, on ne retrouve pas les vins confiturés et forts en alcool typiques du sud de la France. Le vin Matassa rouge 2014 est doté d’une belle acidité et d’un fruit croquant, un nez de cerise et de romarin. J’aime beaucoup!

Dispo: en importation privée chez Oenopole. Les deux excellentes cuvées Romanissa 2012 et Coume de L’olla 2014 seront disponibles à la SAQ ce printemps.


Champ Divin, CRÉMANT DU JURA

Capture d’écran 2015-11-20 à 09.31.14

God que je ne l’avais pas vu venir celui-là! Alors que je devais quitter le RASPIPAV pour un lancement, une amie m’a suggéré de déguster ce crémant. J’en ai eu des frissons jusque dans des lieux intimes de mon être, c’était physique et intense. C’est presque gênant à quel point ce crémant est venu me chercher physiquement. Renversée, j’ai eu à peine le temps de discuter avec la vigneronne, c’était la fin du salon, on rangeait les bouteilles et je devais partir. Mais quel crémant! Belle tension, des arômes typiques du Jura, de la gueule, de la personnalité et une finale tout en finesse. J’en veux une caisse, maintenant, svp!

Dispo: en importation privée (s’il en reste) chez Vin libre.

Domaine Henri Richard, GEVREY-CHAMBERTIN AUX CORVÉES 2010

 

En propriété, le Domaine Henri Richard produit essentiellement de grands pinots noirs. Reconnu pour son Gevrey-Chambertin « aux Corvées » et ses Grands Crus de Charmes-Chambertin et Mazoyères-Chambertin, le domaine offre également un Marsannay « En Larrey », un Coteaux Bourguignon et un Aligoté « Corvée de l’Église ».

Sans intrant œnologique ni filtration : c’est l’obligation de récolter des raisins sains et mûrs, de soutirer sans pompe, au bon moment, pour avoir le vin le plus limpide possible. Bref, c’est travailler sans filet. La famille obtient ici des vins à la hauteur de ses exigences : la symbiose d’un cépage, de son terroir et d’une tradition. – Domaine Henri Richard importé au Québec par l’agence Raisonnance.

Je connais le célèbre œnologue québécois d’adoption et je savais qu’il portait également le chapeau de vigneron, mais je n’avais encore jamais dégusté ses vins. Quelle belle surprise! Du pinot classique et si bien fait, mon idée d’un sapristi de beau pinot noir de Bourgogne. De la finesse, en veux-tu, en v’là! Coup de cœur pour le Gevrey-Chambertin Aux Corvées. Un excellent vin, sur le fruit, la quintessence du pinot noir. Où trouver cette merveille? À la SAQ! Pour les Montréalais, la plogue habituelle du Centre Rockland se montre toujours vraie : il y a là une trentaine de bouteilles disponibles. Un vin que je veux sur ma table pour le temps des fêtes!


COULÉE DE SERRANT 2013 et 1994

Propriété exclusive de la famille Joly, le vignoble de la Coulée de Serrant constitue à lui seul une appellation contrôlée de 7 hectares seulement. Le vignoble a été planté en 1130 par des moines cisterciens et se compose aujourd’hui de vignes âgées de 35 à 80 ans. L’ancien petit monastère existe toujours et à quelques centaines de mètres fut construit le château de la Roche aux Moines démantelé lors des guerres de religion. Toujours considérée comme un produit rare et unique, la Coulée de Serrant a été célébrée par Louis XI et Louis XIV comme l’un des meilleurs vins blanc français.

Le vignoble est cultivé en partie à la main et au cheval à cause de la raideur de ses pentes qui surplombent la Loire. Depuis 1984, l’intégralité du domaine est cultivée selon les méthodes de l’agriculture biodynamique. Trois vins sont produits en petites quantités à la propriété et bénéficient des principes de l’agriculture biodynamique : la Coulée de Serrant, le Clos de la Bergerie et Les Vieux Clos. – Vignobles de la Coulée de Serrant

Il y a trois ans, je suivais le cours Découverte du vin 1 à l’ITHQ et je me souviens que mon professeur Stéphane Leroux avait mentionné La Coulée de Serrant avec des mots élogieux. Tout le monde en sommellerie connaît le domaine mythique, mais je n’avais jamais eu le bonheur de déguster ses vins. J’ai eu la chance de savourer un 1994. Wow! Quel bonheur! Sublime, encore si frais, debout, magnifique.

J’ai dégusté ce vieux millésime lors d’une soirée avec les vignerons de Raisonnance. Superbe soirée de dégustation de bons jus et de fous rires. Merci d’ailleurs à Pierre et Mélanie pour l’invitation.

Dispo: en vente à la SAQ.

DOMAINE DE L’AIGLE À DEUX TÊTES, Les clous 2013

 

Au domaine de l’Aigle à deux têtes, on ne suit pas de convention. Après de hautes études à la Polytechnique de Paris suivies d’une fructueuse carrière, Henri s’établit en 2004 à Vincelle au sud du Jura, amenant avec lui son esprit analytique et son goût pointu. Aujourd’hui, on le retrouve souvent à genoux dans ses vignes avec une pioche à la main. Par contre, si un traitement non biologique permet de mieux contrôler une maladie, il le fera. Les vignes de Henri se situent sur trois parcelles : Derrière la roche, Les Clous et En Griffez.

Tous les blancs du domaine sont ouillés et donc non oxydatifs. L’obsession de Henri de ne jamais chaptaliser ses vins lui permet d’élaborer des cuvées aux taux d’alcool extrêmement modérés. Même souci d’intégrité à chaque étape de la vinification : levures indigènes, mises de soufre minimes et vieillissement sur lies fines dans de vieux fûts. Du Jura propre et sans faille à boire sans retenue! – Ward & associés

Il s’agit d’un naturé, autre nom pour le savagnin, doté d’une belle acidité. Un vin qui pourrait être une excellente introduction aux pinards de cette région pour éventuellement aller vers des cuvées aux notes oxydatives typiques du Jura.

Aussi rencontré au RASPIPAV

Stéphane Fereira de Quinta do Pôpa, vigneron charmant qui produit des vins portugais frais qui entrent à la SAQ cet hiver. Excellent remède contre le froid de février, c’est certain.

Le rêve d’enfance de Stéphane Ferreira, fils de Francisco Ferreira (Pôpa), fut réalisé lors de l’acquisition d’un domaine dans le Douro en 2003.  En plus d’être l’un des terreaux fertiles du vieux continent, y résidaient également les souvenirs d’enfance de celui-ci.  En 2008, Stephane, appuyé de ses proches et de l’oenologue  Luís Pato, amorça une nouvelle cuvée.  Il la baptisa Pôpa en hommage à son père, et redonna par le fait même vie au vignoble.

Aujourd’hui, le domaine de Quinta do Pôpa comprend 30 hectares de vignoble portant ces cépages nobles : Tinta Roriz, Touriga Franca, Tinto Cão, Sousão, Malvasia Preta, sans oublier le Touriga Nacional. – Boires

 

Spotted : Magneto, le méchant de X-Men en train de vider les crachoirs avec le sourire. #Malade


IMG_1592

Les salons de vin comme le RASPIPAV et les soirées de dégustation sont pour moi autant d’opportunités de développer mon palais, de déguster des vins wild qui m’amènent ailleurs. Autant d’occasions de frissons et de rencontres fabuleuses avec des vignerons vrais et passionnés également. Le RASPIPAV, c’est aussi le moment de découvrir des vins en importation privée et de pouvoir commander des bouteilles à l’unité sur place. Allez-y donc l’année prochaine. #PasGame

No Comments

Post a Comment