Domaine Naudin Ferrand Pinot noir Hautes-Côtes-de-Nuits 2013

C’est le conseiller en vin Michel Beauchamp de la SAQ Beaubien qui m’a fait découvrir ce pinot noir. Coup de foudre absolu. Faut dire qu’il n’est pas toujours facile de trouver un pinot noir de Bourgogne à ce prix.

Domaine Henri Naudin Ferrand Bourgogne Hautes-Côtes-de-Nuits 2013

Domaine Henri Naudin Ferrand Bourgogne pinot noir Hautes-Côtes-de-Nuits 2013

 

La recette de pâtes à la bavette grillée, roquette, parmesan et balsamique

Recette pinot noir Naudin-Ferrand

Ingredients
1 (1-pound) New York strip steak
1 teaspoon herbs de Provence
1 garlic clove, minced
3/4 cup extra-virgin olive oil, plus 3 tablespoons
1 pound penne pasta
1/4 cup balsamic vinegar
2 tablespoons Dijon mustard
1/2 teaspoon salt, plus more for steak and pasta water
1/2 teaspoon freshly ground black pepper, plus more for steak
1/4 cup chopped fresh basil leaves
1/4 cup chopped fresh parsley leaves
2 cups chopped arugula

Season the steak with salt and freshly ground black pepper, herbs de Provence, and minced garlic. In a skillet, heat 3 tablespoons olive oil over medium heat. Cook steak about 7 minutes per side. Remove the meat from pan and let it rest for 5 minutes. Thinly slice the steak. Set aside.
Meanwhile, bring a large pot of salted water to a boil over high heat. Add the pasta and cook until tender but still firm to the bite, stirring occasionally, about 8 to 10 minutes. Drain pasta, reserving 1/4 cup of pasta water.
In a small bowl, whisk together the balsamic vinegar, Dijon mustard, 1/2 teaspoon salt, 1/2 teaspoon pepper, fresh herbs, and 3/4 cup olive oil. In a large bowl toss the pasta with half of the salad dressing and the reserved pasta water. Add the arugula and steak, more dressing, and season with salt and freshly ground black pepper, as needed. Toss, pack for the picnic, or serve.

Recette du FOOD NETWORK

Essayez l’accord!

Le vin dans les voiles

Il ne s’agit pas d’un titre original, d’une image, mais bien du nom d’une nouvelle agence d’importation privée, menée par deux femmes fortes qui ont le vent dans les voiles. J’ai eu envie de les rencontrer pour comprendre de quelle folie il faut être atteinte pour démarrer une agence d’importation privée en 2016. Portrait de l’agence, de deux femmes fabuleuses n’ayant pas froid aux yeux ainsi que des difficultés rencontrées par les agences d’importation privée québécoises.

L’équipage

C’est en travaillant dans une autre agence d’importation privée que Julie Audette et Valériane Paré se sont rencontrées. Coup de foudre professionnel et complicité immédiate. Bien vite, les filles se démarquent et établissent des contacts dans le milieu et avec les vignerons dont elles sont responsables. Une fois sa collaboration avec l’autre agence terminée, Julie décide de se lancer dans le vide avec sa nouvelle agence pour établir un portfolio à son image. Quelques mois plus tard, Valériane vient la rejoindre, permettant du même coup à l’agence de prendre de l’expansion.

Démarrer une agence en 2016

Lorsque je leur ai demandé pourquoi démarrer une agence en 2016 alors qu’il y en a tellement, elles m’ont répondu qu’il y a encore tellement de vignerons qui méritent d’être découverts et de vins qui méritent d’être bus. C’est certain qu’avec leurs contacts, les filles ne partaient pas de zéro. Elles ont donc entrepris d’approcher leurs vignerons chouchous afin de leur demander de leur refiler des noms de maisons non représentées au Québec. Un démarchage filtré qui mènera Julie dans une tournée européenne durant l’été 2015. Elle revient avec de futurs mandats en poche et l’envie de partager ces vins d’auteurs.

La croisière s’amuse

La philosophie de l’agence Le Vin dans les Voiles est simple : «il n’y a qu’un nombre limité de sièges dans le bateau, on préfère donc avoir moins de passagers à bord, mais qu’ils soient très bien représentés», m’explique Julie. Le service personnalisé envers ces vignerons est au cœur du travail quotidien du duo. «On veut avoir du plaisir à travailler. Si un vigneron produit de fabuleux vins, mais que le courant ne passe pas du tout, on laisse tomber», poursuit Valériane.

Les difficultés des débuts

Mis à part les déboires administratifs qui font tanguer le bateau en début de périple (toutes les agences doivent passer par là), Valériane considère qu’elles sont relativement chanceuses. car elles possèdent déjà un solide réseau de clients. Les obstacles se situent davantage au niveau des tâches diverses à effectuer en simultanée lors d’une mise en place d’un projet comme celui-ci. Être agent, c’est aussi de la facturation jusqu’à 2h du matin, des négociations de tarifs en euros, transiger avec un monopole, etc.

Vin dans les voiles

Quoi qu’il en soit, ce milieu des agences me fascine. Il faut être à la fois gestionnaire de compte, vendeur, G.O. quand les vignerons sont en ville, dégustateur aguerri et pro des réseaux sociaux. Tout un mandat pour une seule personne. Et tout ça pour un salaire correct, sans plus. Pour être agent en 2016, il faut être passionné en sapristi. Des évangélistes du vino prêts à vous renverser avec leur poésie en bouteille pour des miettes de pain. En ce sens, ces deux femmes dynamiques que sont Julie et Valériane m’impressionnent. Vous les reconnaîtrez lors des événements, elles ont des springs dans le derrière et le sourire accroché aux oreilles.

Maintenant, faudrait que je puisse déguster leurs vins! 😉

Longue vie au Vin dans les Voiles!

Suivez Le vin dans les voiles sur les réseaux sociaux:

Le Pive Gris, un rosé à déguster à l’année!

Le mois de mars semi-froid aux airs déprimants de slush appelle un vin rosé aux arômes de melon d’eau et de fleurs blanches. En tout cas, moi ça me fait du bien d’en déguster. Voilà pourquoi dans une mini capsule, je vous propose Le Pive Gris.

 

Un peu d’info

Pive Gris

 

LE DOMAINE LE PIVE, OEUVRE DE LA NATURE ET DE L’HOMME
A deux pas de la vieille ville d’Aigues Mortes, les vignes du Domaine Le Pive ancrent leurs racines dans les sables fins du littoral de Camargue. Elles encerclent la Chapelle de Pive, trésor d’architecture néo-romane du XIXème siècle, qui dégage encore aujourd’hui la sérénité d’un lieu où le temps semble s’arrêter.
Si la nature sauvage de Camargue règne en maître, ici plus qu’ailleurs le rôle de l’homme est déterminant. Afin d’éviter les remontées d’eau salée, ce qui serait fatal pour les vignes, la nappe d’eau douce doit être maintenue en équilibre hydrostatique avec la mer et les lagunes. C’est grâce à la gestion des roubines, petits canaux encadrant les parcelles, que les vignes peuvent s’épanouir et nous offrir le vin emblématique des sables de Camargue: le vin gris.
Afin de protéger l’écosystème camarguais et son incomparable biodiversité (flamants roses et autres échassiers, tortues, castors, salicornes et autres plantes halophiles…), le Domaine Le Pive est certifié AB depuis 2011.

Terroir & Vignes
Les vignes du Domaine le Pive sont plantées sur un sol uniquement constitué de sables fins d’origine marine et éolienne du littoral camarguais. Le climat méditerranéen chaud et sec y est tempéré par la proximité de la mer.
Un rosé issu d’un assemblage de Grenache gris (30%), Grenache noir (30%), Merlot (30%), Cabernet franc (10%).

Vinification
Les vendanges sont réalisées la nuit afin de préserver la fraîcheur aromatique des raisins. Une fois récoltés, nous opérons à un pressurage direct suivi d’une stabulation sur bourbes pendant 5 jours afin de gagner en gras et en puissance aromatique. La fermentation a lieu en cuve inox à 15-18°C. – Vignobles JeanJean

–> Lien SAQ

 

 

Événements au naturel

Les vins nature ont la cote et la curiosité du dégustateur en recherche de sensations fortes se multiplie. De plus en plus d’événements de dégustation de vins nature font surface pour notre plus grand bonheur. Il s’agit également d’excellentes occasions de déguster des vins qui se vendent en importation privée. Vous pourrez ainsi découvrir des vins à commander à la caisse par la suite, qui sait? Voici trois événements à ne pas manquer pour les curieux ou les habitués des vins nature. Mais tout d’abord, un petit crash course 101.

Vin bio, vin biodynamique, vin nature : quelles différences ?

Même s’il n’existe pas de définitions claires faisant l’unanimité, la vidéo suivante m’apparait la plus simple et efficace pour saisir les différences entre bio, biodynamie et vin nature.

Vivent les vins libres

De Gaule qui brandit des bouteilles de vins nature, ça ne te donne pas envie de courir déguster le 6 mars prochain à la SAT? C’est la première année où l’événement développe deux arrêts en Amérique. De quoi ravir tout amateur de vins vivants. L’alignement est également spectaculaire: 17 vignerons venus des quatre coins de la France et deux américains. On insiste ici sur le fait qu’il s’agit d’un salon de vignerons et non pas d’une agence de promotion quelconque. L’authenticité devrait être au rendez-vous et pour avoir zyeuté la liste des présences, ma yeule me dégouline déjà. On s’y voit?

vivent-les-vins-libres

Pour sa première tournée nord-américaine, après une visite de quelques jours à New York, le regroupement de vigneronnes et de vignerons français « Vivent les vins… libres! » sera présent à Montréal le dimanche 6 mars prochain dans le cadre d’une grande dégustation qui aura lieu à la Société des arts technologiques (SAT). Sous le parrainage de Dominique Derain, viticulteur à Saint-Aubin en Bourgogne, cet événement offrira l’occasion aux amateurs de vin nature de déguster et d’échanger avec dix-sept artisans de la vigne qui ont choisi d’élaborer des vins vivants et sans artifices, en travaillant le plus naturellement possible dans le respect des pratiques d’agriculture biologique ou biodynamique.

Authenticité et convivialité promettent d’être au rendez-vous lors de cette journée de dégustation où les professionnels du vin et le grand public seront tour à tour invités à discuter avec les vigneronnes et les vignerons dans un esprit de partage et de célébration. En soirée, un souper festif en harmonie avec les vins proposés sera servi au Foodlab (3e étage de la SAT) sous la gouverne des chefs Michelle Marek (Foodlab) et Ségué Lepage (Le Comptoir charcuteries et vins et La Réserve du Comptoir).

Dégustation professionnelle de 10 h à 13 h 30 – Entrée : 12 $

Dégustation tous publics de 14 h 30 à 19 h – Entrée : 17 $ – Prévente Web : 13,25 $

Souper au Foodlab à partir de 19 h 30 – 104,50 $ (vins, taxes et pourboires inclus)

Pour réservation : www.sat.qc.ca/billetterie

Info: Vivent les vins libres

Regroupement « Vivent les vins… libres! »

« Vivent les vins… libres! », c’est d’abord l’histoire de sept vigneronnes et vignerons qui produisaient des vins et des alcools nature. À partir de 2010, en référence à l’appel du 18 juin prononcé par le général de Gaulle, ils commencent à organiser des dégustations à Paris et à Bruxelles, auxquelles se joignent bientôt d’autres vigneronnes et vignerons. Depuis, ils luttent et résistent ensemble contre le déluge œnologique qui s’abat sur le monde vinicole en célébrant les vins libres… libres des produits chimiques qui détruisent les sols et la vigne, libres de la culture industrielle à grande échelle, libres de la bulle spéculative, etc. En un mot, ils militent pour des vins vivants qui reflètent la singularité et la santé des terroirs dont ils sont issus.

Les Turbulents

Restez à l’affût de cet événement à venir ce printemps (vers la mi avril).

Info

Slow wine, salon des vins nature

5e Salon des vins de Slow Food Montréal, 23 mars entre 17h30 h et 21 h inclusivement.

Vous pourrez déguster une sélection de vins d’une quinzaine d’agences d’importation privées et producteurs locaux. La liste des exposants confirmés sera disponible prochainement.

Info

Vins et spiritueux: tendances 2016

L’année 2015 n’est pas encore terminée que plusieurs experts se prononcent sur les tendances à venir pour 2016. Chaque année je lis autant de textes que possible sur le sujet. Sans considérer ces prédictions comme de savantes théories, je trouve intéressant de savoir ce qui a le potentiel d’être à la mode pour la prochaine année. Pour écrire ce billet, j’ai lu une vingtaine de textes provenant de sites établis sur le vin, mais aussi des blogues d’à travers le monde. J’ai retenu ce qui me semblait le plus pertinent.

Plusieurs auteurs parlent des millenials, ces Y qui deviendront sous peu une clientèle consommatrice d’alcool importante. Détermineront-ils les tendances à venir? Je crois que plusieurs de ces tendances s’adressent à ce jeune public avide d’histoire et de nouveauté.

AVERTISSEMENT: comme plusieurs auteurs sont américains, il va sans dire que certaines tendances ne traverseront sans doute pas la douane. 

Tendances vin 2016

 

Vin

Le prosecco

À ma grande surprise, il semble qu’en 2016 on s’arrachera les bouteilles de prosecco! Ben coudonc!

L’histoire du vin, plus que la vinification

Les millenials veulent connaitre l’histoire derrière un vin. Ils s’intéressent davantage à cette histoire qu’à l’utilisation de levures indigènes, par exemple. Cela devient un critère très important dans le choix d’un vin.

Le Jura

Le Jura a le vent dans les voiles! Déjà populaires, les vins aux notes oxydatives feront de plus en plus d’adeptes cette année.

Nouveaux cépages, nouvelles régions

La popularité des vins du Jura s’inscrit dans la tendance à la découverte. La jeune clientèle souhaite découvrir de nouveaux cépages et de nouvelles régions. Peut-être souhaitent-ils s’éloigner des préférences de leurs parents, ces fervents amateurs de vins du vieux-monde, des grands vins de Bordeaux et de Bourgogne.

Le vin nature

Le vin nature continuera d’attirer de nouveaux adeptes en 2016.

“2016, for me, is to keep on looking for organic, biodynamic and low-intervention producers, especially in ‘New World’ — there are things happening in Chile, New Zealand and Canada that will probably be available in the next year in the US. Then there are regions to be rediscovered for their complexity and age-worthiness, like Alsace, Catalunya, or the South-West of France. And I will definitely continue my quest to drink high-acid, mineral driven white, Loire Valley Chenin first and foremost, but also Savagnin, Manseng, Furmint & Riesling.” – Organic and Biodynamic — Pascaline Lepeltier, Beverage Director for Rouge Tomate Chelsea

Le vin orange

Le vin orange, ce nouveau rosé? En effet, il semble que sa popularité grandissante pourrait en faire un substitut au rosé pour certains.

Le vin orange n’est ni un vin à base d’oranges ni un vin de la principauté d’Orange, bien que les deux existent. En réalité, c’est un vin blanc de macération pelliculaire prolongée. Les moûts de raisins blancs macèrent avec les peaux pendant une période qui peut varier de quelques semaines à plusieurs mois. Les pigments, les composants aromatiques et les tannins des peaux sont alors libérés dans le jus, qui prend une teinte orangée et acquiert du grain, de la texture. Bref, c’est un peu un vin blanc vinifié comme un rouge. – Ève Dumas, La Presse

Du vin en canette

Vendu surtout aux États-Unis, le vin en canettes séduit la jeune génération. Encore une question de branding! On verra si cette tendance se rendra à la SAQ. Je serais curieuse d’effectuer un test à l’aveugle entre le même vin en bouteille et en canette.

Le spätburgunder 

Bien que l’on associe davantage l’Allemagne à la production de vins blancs, les pinots noirs (Spätburgunder) sont de plus en plus populaires. Pour y avoir récemment séjourné, j’ai eu un gros coup de coeur pour ces pinots allemands à la typicité unique. Le pays a d’ailleurs vu sa production de vin rouge augmenter considérablement ces dernières années. Ce serait dû aux changements climatiques, mais plus encore, aux tendances de consommation.

Des rouges légers, encore

Dans la foulée de la tendance pour des vins rouges frais et sur le fruit, les gamay et cinsault continueront d’avoir la cote.

Du champagne de petits producteurs

Fini l’attrait des grandes maisons, en 2016 le consommateur veut découvrir d’autres vins de cette région et surtout, ceux provenant de petits producteurs.

Restauration

Coravin

La technologie Coravin pourrait bien influencer les listes de vins de restaurant permettant à ceux-ci d’offrir une plus large offre de vins au verre.

Mis au point par Greg Lambrecht, un ingénieur médical californien amateur de nectar, le système – baptisé Coravin Wine Access System – utilise une fine aiguille creuse qui transperce la capsule et le bouchon en liège. On peut se servir à sa guise puis l’aiguille laisse le liège se rétracter de lui-même, une fois retirée. Le tout sans laisser passer une goutte d’oxygène pour ne pas éventer le vin. Et l’injection d’un gaz inerte, l’argon, assure la bonne conservation du liquide. La même bouteille peut ainsi être servie à plusieurs années d’intervalle, sans dégradation de qualité, tout en assurant la poursuite du vieillissement naturel du vin. – Le Figaro

Après les chefs vedettes, voici les sommeliers vedettes

Les clients n’auront d’yeux que pour le ou la sommelier-ère cette année. Fini le temps où seul le chef tatoué attirait les foules. L’expert en vin sera à son apogée de popularité en 2016.

Cartes de vin plus courtes et ciblées

La mode est aux cartes de vin plus courtes, mais ciblées par thématiques. Une carte de vins grecs ou de vins nature, par exemple.

Daiquiri

Cocktails et spiritueux

Les amers

Cette année, les amers ont la cote et prendront une place importante dans l’élaboration de cocktails. Les herbes fraiches également. Pas surprenant alors de voir resurgir l’Aperol Spritz, par exemple.

La santé dans ton cocktail

De plus en plus conscients de l’importance d’une saine alimentation,  les adeptes des cocktails s’intéresseront de plus en plus aux fameux Kombucha cocktails.

Daiquiri et les cocktails gelés

La mode est au gelé et aux cocktails mettant en vedette des fruits frais.

De la bière en cocktail

De plus en plus de ces cocktails faits à bases de bières de microbrasseries verront le jour dans les restaurants et bars.

Le whisky et le Bourbon ont la cote

wine app

Marketing et technologie

Le packaging

L’étiquette et le packaging prennent de l’importance et n’appartiennent plus seulement aux vins de grandes productions. Dorénavant, plus de vignobles offriront des étiquettes de vin stylisées et originales. Une tendance déjà amorcée, surtout dans le Nouveau monde.

Les activités de relations publiques

Les activités mettant en vedette le vin seront plus originales. Encore une façon de joindre un jeune public?

Sites web

Les vignobles arrivent au XXIe siècle et auront maintenant des sites web (p-ê même sans Flash!). Fini les sites web avec de la musique qui démarre immédiatement! Bien qu’ils sont de plus en plus populaires, les experts ne pensent pas que les réseaux sociaux feront partie des stratégies des vignobles. Come on, guys, it’s 2015! – almost 2016!

Applications Hot en 2016

Alfred, gestion de cave à vin: une application québécoise de conseils qui vous permet de suivre les notes de dégustation de sommeliers que vous appréciez.

Delectable: une application déjà très populaire parmi les wine geek, elle vous permet de trouver toutes les informations pertinentes sur un vin en ne prenant que la photo de l’étiquette de celui-ci.

Plonk: une application qui vous permettra de découvrir de nouveaux cépages.

L’opinion d’un pair plutôt que d’un professionnel

Déjà un phénomène observable, de plus en plus de jeunes découvreurs suivront les suggestions de pairs plutôt que ceux des experts. À l’ère des réseaux sociaux et du vedettariat instantané, les sommeliers et blogueurs gagnent en popularité. Je crois bien que ce phénomène est créé par des réseaux sociaux comme Facebook. Avant de choisir un restaurant, on demande maintenant l’opinion de nos amis, on consulte les avis d’internautes sur des sites comme Tripadvisor. C’est un peu la même chose avec l’alcool. Peut-être est-ce moins intimidant?

© Page Facebook d’Élyse Lambert
© Page Facebook d’Élyse Lambert

Au Québec, mes prédictions

Élyse Lambert

Moi je prédis que la gagnante du Concours meilleur sommelier du monde 2016 sera la québécoise Élyse Lambert! Suivez son parcours jusqu’à la grande finale en avril 2016!

La responsabilité sociale des vignobles

Une question qui m’intéresse et pour laquelle je ne trouve pas beaucoup de littérature: le coût social de la viticulture. Certes, tous s’intéressent aux conditions d’agriculture ayant le moins d’empreintes écologiques et le vin nature fait de plus en plus d’adeptes, mais qu’en est-il de la responsabilité sociale? Est-ce que les grandes maisons emploient des immigrants illégaux et les paie un salaire de misère? Quelles sont les répercussions sociales de l’implantation de vignobles en Amérique latine? Moi je voudrais lire là-dessus, pas vous? J’aimerais bien que ça devienne un sujet plus populaire. Si vous voyez des textes là-dessus, vous me faites signe, ok

Les vins nature

Plus de vins nature au restaurant et en SAQ, voici ce qui nous attend cette année. Déjà en 2015 la SAQ a mis en tablettes des arrivages de vins nature qui se sont rapidement envolés des tablettes. Je vois ça comme un signe, y’en aura encore plus en 2016. Je me trompe?

L’offre de cours sur le vin

Jamais les amateurs de vin n’ont autant été curieux. Les cours offerts sur le vin se diversifient pour le bonheur du consommateur. Je pense que ces cours attireront de plus en plus d’adeptes.

Le Xérès

Est-ce seulement dans mon entourage que le xérès atteint une popularité grandissante?

Finalement sans être des vérités absolues, les tendances de l’année à venir permettent de mieux connaitre le consommateur. On se verra dans un an pour voir si le tout s’est avéré, en attendant, je vais aller m’ouvrir une bouteille de champagne, PAS de prosecco! 😉

Bonne année 2016!

Sources et articles à lire (les plus intéressants):

Millennials And Wine: A New Generation Grows Up, Market Watch

How Millennials Are Changing Wine, The Wall Street Journal

Matthew Clark predicts 2016 drinks trends, The Drinks Business

A taste of what’s to come: Food and drink trends to watch out for in 2016, The Globe And Mail

2016 wine trends, Steve Heimoff.com

Here is what your cocktails will be like in 2016, Thrillist

The Best Wines To Drink In 2016, Forbes

16 Wine Resolutions for 2016 from Top Sommeliers, Food & Wine

The Year of Champagnes You’ve Never Heard Of, New York Times

Wine trends 2016, Alice Feiring

Noël à la Grecque!

Évidemment, vous avez tout prévu: le menu du réveillon, les décorations, la liste des cadeaux à faire est couverte de rayures et vous avez déjà les pinots noirs que vous exposez fièrement au-dessus du cellier. Vous avez vraiment tout prévu, sauf que… Votre réserve compte-t-elle assez de vins blancs? Historiquement, j’ai toujours manqué de blancs pour le temps des Fêtes. Je pense aux canons de Bourgogne que je me permets d’acheter une fois l’an, mais il me manque toujours des vins blancs. C’est qu’on oublie souvent l’apéro et on dort sur nos classiques d’accords à table.

Cette année, j’ai envie de vous proposer des blancs grecs. Pas seulement pour l’apéro, mais des vins qui peuvent facilement suivre votre repas des amuse-gueules à la dinde, en passant par le ragoût. Peut-être ai-je été inspirée par mon récent voyage vinicole au pays. Qu’importe, j’avoue ne pas être revenue du buzz vins grecs et quand j’ai su que certains de mes chouchous étaient de retour pour le temps des Fêtes à la SAQ, j’ai fait des réserves! Voici donc quatre blancs que j’te dare de mettre sur ta table au réveillon. De toute façon, ouvrir un vin grec récolte toujours une réaction positive.

–> Notez que ces 4 vins sont disponibles à la SAQ. Pitchez-vous! <–

Domaine Papagiannakos Savatiano 2014, 16,35$

Un vin que je prends plaisir à déguster. C’est frais, aromatique et une belle texture en bouche. Un vin riche sans être lourd. Clairement un vin pour la table à mon avis. Ta dinde n’en sera que plus délicieuse!

Savatiano Papagiannakos
Photo prise lors d’une dégustation ayant lieu sur le bord de la mer avec un des multiples repas savoureux que nous avons eu. Il vous faudra d’ailleurs déguster cette retsina un jour!

Dans la région de Markopoulo, la famille Papagiannakos cultive le cépage indigène savatiano depuis plusieurs générations. Sur les collines arides d’Attique, Vassili Papagiannakos poursuit le travail en produisant des vins simples et généreux. Alors que le savatiano est la vigne la plus plantée en Grèce (c’est un peu le trebbiano grec) et est généralement associé à des vins minces, verts, structurés autour d’acidité désagréable et très peu reluisants sur le plan aromatique, le Domaine Papagiannakos, à travers un travail de la vigne, des rendements intelligents, récolte des fruits sains afin de produire de bons vins. Grâce à ses vins, Vassili Papagiannakos a gagné en Grèce le respect de ses pairs. Il a transformé l’image du savatiano en faisant passer sa réputation d’insipide à la bouteille qu’il faut avoir à l’apéro. – Oenopole

IMG_0277
Non, mais ça fait pas rêver ça rien qu’un peu?

Domaine Tetramythos Roditis 2014, 16,10$

Probablement le vin grec que j’ai le plus envie de boire ces temps-ci, cette cuvée de roditis à la texture légèrement grasse et à la finale saline te fera voyager l’espace de quelques gorgées.

IMG_0792
Pour poursuivre dans la liste des plus beaux endroits où j’ai dégusté du vin, la plage de Diakofto dans la Peloponnèse, c’est imbattable!

Panayiotis Papagiannopoulos exprime parfaitement le dynamisme du la viticulture grecque : futur clairement enraciné dans le passé. Il a fait oenologie dans les années 90 à Athènes pour, dès la fin de ses études, travailler comme consultant, puis pour s’installer comme vigneron au Domaine Tetramythos dans les terres d’Achaia proche de Patras. C’est dans cette région, riche en histoire vinicole, que les premiers « pithos » (amphores) on été fabriqués. Le vigneron travaille des cépages uniques, dont le Noir de Kalavryta et le plus connu Roditis. Il aborde le travail des sols et à la cave de manière naturelle, une approche qui donne des vins uniques, purs, typiques et enracinés dans son terroir. Certainement l’une des plus belles expressions du terroir du Péloponnèse. – Oenopole

Tetramythos malagousia
La malagousia de Tetramythos: to die for! J’en ai rapporté une bouteille!
IMG_0799
PANAYIOTIS PAPAGIANNOPOULOS, le Frank Zappa de la Péloponèse.

Argyros Assyrtiko 2014, 22,10$

Argyros

Quand je parlais d’accorder un vin blanc avec un plat de ragoût de pattes, j’étais sérieuse. Mon amie Nadia Fournier m’avait surpris lors de notre récent voyage à Santorin lorsqu’elle proposait de l’assyrtiko pour accompagner de l’agneau. Mais quelle découverte! Ça fonctionne vraiment! Y’a aussi quelque chose de franchement trippant à l’idée de jumeler un plat traditionnel d’ici avec un vin de l’île de Santorin! Son petit frère Atlantis, largement distribué et une aubaine certaine pourrait également prendre place à votre table.

Il y a une production de vin sur l’île de Santorini depuis plus de 3 000 ans. La famille Argyros le fait depuis 100 ans en cultivant, sur l’anthracite sol volcanique de l’île, des raisins autochtones, principalement l’assyrtico, mais également l’aidani et l’athiri. Il tire de ces très vieilles vignes, cultivées en couronne (afin de protéger les raisins du vent et du soleil grec) des vins denses et francs. La plupart des vignes sont âgées entre 50 et 60 ans, mais certains des plus vieux plans ont, selon l’histoire des insulaires, plus de 300 ans ! – Oenopole

Pour moi Argyros c’est Stefanos, les vignes centenaires et la soirée la plus décadente du voyage, c’est certain. T’sais quand je suis rendue à faire le pigeon…

Domaine Sclavos Robola de Céphalonie Vino di Sasso 2014, 25,20$

Seul domaine que je n’ai pas visité, voici un vin blanc élégant, vif avec une texture crayeuse typique au cépage couplé d’un côté agrumes qui fait le même effet qu’une vague en pleine figure. Je miserais sur les huîtres pour l’accord, succès garanti!

Courez donc à la SAQ faire le plein de vins blancs grecs qui sauront assurément faire lever la soirée du réveillon!

Joyeuses Fêtes!

voyage Grève Oenopole
La bande du voyage en Grèce en juin dernier. Merci à Oenopole (et particulièrement à Théo) pour l’opportunité de découvrir les vins grecs lors de ce voyage!

 

Huîtres et apocalypse

– Girard?

– Boisvert.

– Es-tu libre vendredi? Je me suis fait offrir gracieusement 36 huîtres et comme je n’ai pas fistonne, je me disais qu’on pourrait se faire un apéro huîtres et vins qui torchent. Qu’en penses-tu?

– I’m in!

Je me suis arrangée pour que ça se passe chez Annie. Vous comprendrez que travailler de la maison donne envie de sortir plus souvent qu’autrement. Cette soirée de plaisirs bourgeois devait être le point final à une journée spa avec mon amie Marino, récompense post mois de novembre rushant. Le spa n’a pas eu lieu, un flop total pour un après-midi si prometteur. Pas grave, je finirai cette journée en beauté. En route vers Odessa pour aller chercher mes huîtres, j’entends la radio annoncer l’apocalypse : les attentats à Paris. Je rentre chez Annie, Paco y est ; en ouvrant quelques coquillages, on jase, sidérées par tant de haine, se questionnant encore sur les faits réels. Je prends quelques photos pour le présent billet et on finit ça devant la télé, muettes et troublées. La sobriété du partage social étant de mise, je n’ai pas montré ma « soirée parfaite avec champagne et huîtres » sur les réseaux sociaux. Ce n’était pas le temps. J’étais quand même heureuse d’avoir choisi deux vins de France, question d’avoir l’impression d’être plus près du peuple français.

IMG_1387

Les huîtres

Aliment à la fois faible en calories et nourrissant, l’huître contient des oméga-3 bénéfiques pour la santé cardiovasculaire, en plus d’être une excellente source de vitamines A, B12, B2, B3, de phosphore, de fer, de zinc, de cuivre, de sélénium et de manganèse.

Ce sont les huîtres Trésor du large provenant des Îles-de-la-Madeleine qui m’ont été offertes par le Regroupement des mariculteurs du Québec, par l’entremise de la poissonnerie Odessa. Un délice. Pour une fois, des huîtres aussi faciles à ouvrir que délicieuses. Trésor du large, la première huître cultivée au Québec, vient de débarquer dans les poissonneries montréalaises. Son goût est délicat, sa texture soyeuse et sa pointe saline en finale appelle une gorgée de vin dans un combo parfait. Ici, le citron est le bienvenu, mais vous pourriez aussi bien faire sans tant l’huître est goûteuse. On en a presque manqué! J’avais fait une sélection de vins que je ne connaissais pas, question de découvrir du nouveau. Un chablis et un champagne. Ça marchait.

_DSC00252

IMG_1393

En quelques minutes, les huîtres étaient disparues et nous retournions dans le sofa regarder l’horreur en buvant du champagne. Hautement absurde.

Les vins

_DSC0003

Jacques Lassaigne Les Vignes de Montgueux Blanc de Blancs, 56$

L’accord gagnant même si on s’en balance par telle circonstance. Assurément l’un des meilleurs champagnes dégustés récemment! J’ai eu la chance d’y replonger les lèvres lors d’un atelier poissons et bulles dans les bureaux d’Oenopole. Un vin de la « Champagne pouilleuse », comme le disent les gens du nord de la France. Un vin sec, riche, doté d’une acidité vive et d’une belle longueur. On dit du terroir de Montgueux qu’il est le « Montrachet de la Champagne ». Ça veut tout dire!

Le vignoble de Montgueux, considéré comme le Montrachet de la Champagne! est situé aux portes de Troyes. Dans ce contexte, les vins produits au Domaine Jacques Lassaigne proviennent de quatre hectares de vignes et de l’achat de raisins (l’équivalent d’un hectare) provenant de vieilles vignes cultivées dans l’esprit du domaine.

Emmanuel Lassaigne effectue un travail traditionnel de la vigne et des sols et réalise des « vrais » vins de Champagne où la marque du terroir et celle du vigneron représente l’alternative à la recette et à l’étiquette des vins de marque !

Élevés sur lies, les vins de Champagne réalisés par le vigneron sont le fruit de compositions originales à chaque millésime. Les assemblages créatifs permettent l’expression de la personnalité de chacune des parcelles qui sont vinifiées séparément. Les vins du Domaine Jacques Lassaigne sont des cuvées uniques issues du seul cru de Montgueux. Ce sont des vins qui nous rappellent, année après année, que le mot pureté existe en Champagne. – Oenopole

Patrick Piuze Terroirs de Chablis 2014, 27,60$

Cette cuvée de Patrick Piuze était des plus agréables. Une belle tension et une finale saline. Contrairement à ce que j’aurais cru, le vin s’harmonise moins avec l’huître que le champagne de Lassaigne. Qu’importe, bois-le seul, direct dans ta yeule et tu seras heureux.

Patrick Piuze est québécois d’origine et natif de Saint-Lambert. Il a lancé son travail de négoce en 2007 à Chablis.

Les huîtres Trésor du large m’ont été offertes par le Regroupement des mariculteurs du Québec.

NB. :Je n’ai pas ajouté « attentats de Paris » à mes mots-clés pour obtenir plus de trafic sur mon blogue. T’sais, franchement.

RASPIPAV et autres dégustations de novembre

Comme chaque année, la fin du mois d’octobre et le début de novembre apportent leur lot d’événements vin rendant mon foie fou, mais mes papilles heureuses. J’ai particulièrement apprécié mes dégustations au RASPIPAV cette année. Il faut dire que d’année en année, je me sens plus à l’aise d’identifier ce que j’ai envie de déguster. Je me perds donc moins dans toute l’offre présentée ! Voici en rafale les vins qui m’ont émue, fait vibrer, dressé le poil des bras.

Domaine du Possible, CE N’EST PAS LA MER À BOIRE 2014

  

Situé dans la partie nord-ouest du Roussillon, Loïc Roure s’est installé dans l’ancienne cave coopérative de Lansac (au nord du département des Pyrénées orientales) en 2003. Il exploite sur des sols variés un petit domaine d’une dizaine d’hectares sur lequel il cultive le carignan, le grenache et la syrah ainsi que les macabeu, grenache gris, grenache blanc, et carignan blanc. Les sols du Domaine du Possible sont travaillés à l’aide de motoculteur, de chenillard ou tout simplement de pioches. L’emploi de désherbants et de pesticides est totalement interdit sur le domaine. Les traitements printaniers sont réalisés avec du soufre et, selon le millésime, avec de la bouillie bordelaise. Le domaine utilise aussi diverses infusions de plantes. L’amendement des sols est adapté selon la vigueur des parcelles et de leur passé chimique plus ou moins marquant. Loïc Roure nous offre une vision très personnelle du Roussillon, il propose des vins francs au goût complexe à travers lesquels une partie du raisin, une partie des schistes et une partie du vigneron s’expriment sans barrière afin qu’il nous soit encore possible de boire vrai! – Oenopole

J’ai découvert ce vin quelques semaines avant de le re-déguster dans les bureaux de l’agence Oenopole. Je l’avoue, mon choix s’est arrêté sur ce vin en raison du nom et de l’étiquette. Comme quoi être superficielle paie ! Un nez de fruit concentré de figue, des notes minérales, une finale épicée, tout y est pour me séduire, surtout grâce à la fraîcheur du vin qui donne envie d’y replonger les lèvres. Le sympathique vigneron Loïc ajoute au bonheur avec sa générosité.

Dispo : si vous passez dans le coin de Thetford Mines, assurez-vous de prendre quelques flacons à la SAQ. Le vin a rapidement disparu des étagères des autres succursales, mais il reviendra au printemps. Prenez le nom en note!

Domaine Matassa, MATASSA ROUGE 2014

  

Gentilhomme au sourire immense, Tom Lubbe, qui est originaire de Nouvelle-Zélande, a d’abord été remarqué pour avoir fait les vins les plus authentiques jamais faits en Afrique du Sud. Aujourd’hui, c’est dans le Roussillon, sa terre d’adoption, qu’il partage son amour du vignoble… naturellement.

Tom possède 14 hectares de vignes autour du village de Calce. Sur ces terres arides, il cultive grenache, carignan, macabeu et muscat (d’Alexandrie et à petits grains). La vision de Tom est simple : pas de chimie dans les vignes, pas de connerie à la cave. Pour reprendre ses mots : « La génération actuelle de vignerons a la difficile tâche de développer un style de vinification qui réussira à capter la puissance du lieu et des terroirs, de façon à ce que nous soyons énergisés (et non brusqués!) lorsque nous buvons leurs vins. » Tout à fait d’accord, Tom! – Oenopole

Tom Lubbe, rencontré lors d’une dégustation dans les bureaux d’Oenopole quelques jours avant le RASPIPAV, expliquait son parcours de l’Afrique du Sud au Roussillon : un changement important de région vinicole et une volonté de faire du bio. Tom avait travaillé au réputé Domaine Gauby quelques années auparavant. Au Domaine Matassa, on ne retrouve pas les vins confiturés et forts en alcool typiques du sud de la France. Le vin Matassa rouge 2014 est doté d’une belle acidité et d’un fruit croquant, un nez de cerise et de romarin. J’aime beaucoup!

Dispo: en importation privée chez Oenopole. Les deux excellentes cuvées Romanissa 2012 et Coume de L’olla 2014 seront disponibles à la SAQ ce printemps.


Champ Divin, CRÉMANT DU JURA

Capture d’écran 2015-11-20 à 09.31.14

God que je ne l’avais pas vu venir celui-là! Alors que je devais quitter le RASPIPAV pour un lancement, une amie m’a suggéré de déguster ce crémant. J’en ai eu des frissons jusque dans des lieux intimes de mon être, c’était physique et intense. C’est presque gênant à quel point ce crémant est venu me chercher physiquement. Renversée, j’ai eu à peine le temps de discuter avec la vigneronne, c’était la fin du salon, on rangeait les bouteilles et je devais partir. Mais quel crémant! Belle tension, des arômes typiques du Jura, de la gueule, de la personnalité et une finale tout en finesse. J’en veux une caisse, maintenant, svp!

Dispo: en importation privée (s’il en reste) chez Vin libre.

Domaine Henri Richard, GEVREY-CHAMBERTIN AUX CORVÉES 2010

 

En propriété, le Domaine Henri Richard produit essentiellement de grands pinots noirs. Reconnu pour son Gevrey-Chambertin « aux Corvées » et ses Grands Crus de Charmes-Chambertin et Mazoyères-Chambertin, le domaine offre également un Marsannay « En Larrey », un Coteaux Bourguignon et un Aligoté « Corvée de l’Église ».

Sans intrant œnologique ni filtration : c’est l’obligation de récolter des raisins sains et mûrs, de soutirer sans pompe, au bon moment, pour avoir le vin le plus limpide possible. Bref, c’est travailler sans filet. La famille obtient ici des vins à la hauteur de ses exigences : la symbiose d’un cépage, de son terroir et d’une tradition. – Domaine Henri Richard importé au Québec par l’agence Raisonnance.

Je connais le célèbre œnologue québécois d’adoption et je savais qu’il portait également le chapeau de vigneron, mais je n’avais encore jamais dégusté ses vins. Quelle belle surprise! Du pinot classique et si bien fait, mon idée d’un sapristi de beau pinot noir de Bourgogne. De la finesse, en veux-tu, en v’là! Coup de cœur pour le Gevrey-Chambertin Aux Corvées. Un excellent vin, sur le fruit, la quintessence du pinot noir. Où trouver cette merveille? À la SAQ! Pour les Montréalais, la plogue habituelle du Centre Rockland se montre toujours vraie : il y a là une trentaine de bouteilles disponibles. Un vin que je veux sur ma table pour le temps des fêtes!


COULÉE DE SERRANT 2013 et 1994

Propriété exclusive de la famille Joly, le vignoble de la Coulée de Serrant constitue à lui seul une appellation contrôlée de 7 hectares seulement. Le vignoble a été planté en 1130 par des moines cisterciens et se compose aujourd’hui de vignes âgées de 35 à 80 ans. L’ancien petit monastère existe toujours et à quelques centaines de mètres fut construit le château de la Roche aux Moines démantelé lors des guerres de religion. Toujours considérée comme un produit rare et unique, la Coulée de Serrant a été célébrée par Louis XI et Louis XIV comme l’un des meilleurs vins blanc français.

Le vignoble est cultivé en partie à la main et au cheval à cause de la raideur de ses pentes qui surplombent la Loire. Depuis 1984, l’intégralité du domaine est cultivée selon les méthodes de l’agriculture biodynamique. Trois vins sont produits en petites quantités à la propriété et bénéficient des principes de l’agriculture biodynamique : la Coulée de Serrant, le Clos de la Bergerie et Les Vieux Clos. – Vignobles de la Coulée de Serrant

Il y a trois ans, je suivais le cours Découverte du vin 1 à l’ITHQ et je me souviens que mon professeur Stéphane Leroux avait mentionné La Coulée de Serrant avec des mots élogieux. Tout le monde en sommellerie connaît le domaine mythique, mais je n’avais jamais eu le bonheur de déguster ses vins. J’ai eu la chance de savourer un 1994. Wow! Quel bonheur! Sublime, encore si frais, debout, magnifique.

J’ai dégusté ce vieux millésime lors d’une soirée avec les vignerons de Raisonnance. Superbe soirée de dégustation de bons jus et de fous rires. Merci d’ailleurs à Pierre et Mélanie pour l’invitation.

Dispo: en vente à la SAQ.

DOMAINE DE L’AIGLE À DEUX TÊTES, Les clous 2013

 

Au domaine de l’Aigle à deux têtes, on ne suit pas de convention. Après de hautes études à la Polytechnique de Paris suivies d’une fructueuse carrière, Henri s’établit en 2004 à Vincelle au sud du Jura, amenant avec lui son esprit analytique et son goût pointu. Aujourd’hui, on le retrouve souvent à genoux dans ses vignes avec une pioche à la main. Par contre, si un traitement non biologique permet de mieux contrôler une maladie, il le fera. Les vignes de Henri se situent sur trois parcelles : Derrière la roche, Les Clous et En Griffez.

Tous les blancs du domaine sont ouillés et donc non oxydatifs. L’obsession de Henri de ne jamais chaptaliser ses vins lui permet d’élaborer des cuvées aux taux d’alcool extrêmement modérés. Même souci d’intégrité à chaque étape de la vinification : levures indigènes, mises de soufre minimes et vieillissement sur lies fines dans de vieux fûts. Du Jura propre et sans faille à boire sans retenue! – Ward & associés

Il s’agit d’un naturé, autre nom pour le savagnin, doté d’une belle acidité. Un vin qui pourrait être une excellente introduction aux pinards de cette région pour éventuellement aller vers des cuvées aux notes oxydatives typiques du Jura.

Aussi rencontré au RASPIPAV

Stéphane Fereira de Quinta do Pôpa, vigneron charmant qui produit des vins portugais frais qui entrent à la SAQ cet hiver. Excellent remède contre le froid de février, c’est certain.

Le rêve d’enfance de Stéphane Ferreira, fils de Francisco Ferreira (Pôpa), fut réalisé lors de l’acquisition d’un domaine dans le Douro en 2003.  En plus d’être l’un des terreaux fertiles du vieux continent, y résidaient également les souvenirs d’enfance de celui-ci.  En 2008, Stephane, appuyé de ses proches et de l’oenologue  Luís Pato, amorça une nouvelle cuvée.  Il la baptisa Pôpa en hommage à son père, et redonna par le fait même vie au vignoble.

Aujourd’hui, le domaine de Quinta do Pôpa comprend 30 hectares de vignoble portant ces cépages nobles : Tinta Roriz, Touriga Franca, Tinto Cão, Sousão, Malvasia Preta, sans oublier le Touriga Nacional. – Boires

 

Spotted : Magneto, le méchant de X-Men en train de vider les crachoirs avec le sourire. #Malade


IMG_1592

Les salons de vin comme le RASPIPAV et les soirées de dégustation sont pour moi autant d’opportunités de développer mon palais, de déguster des vins wild qui m’amènent ailleurs. Autant d’occasions de frissons et de rencontres fabuleuses avec des vignerons vrais et passionnés également. Le RASPIPAV, c’est aussi le moment de découvrir des vins en importation privée et de pouvoir commander des bouteilles à l’unité sur place. Allez-y donc l’année prochaine. #PasGame

Les amis réunis

C’était un peu comme si on sortait directement du film Manhattan Murder Mystery, mais avec comme discussion le vin. Autant de passion et d’excès d’entrain que les personnages du film, le meurtre en moins. Chaque bouteille nous passait sous le nez et on enchaînait les adjectifs. Une bouteille à l’aveugle, une deuxième, quelques saucissons et quatre heures plus tard, j’avais l’impression d’être en compagnie de ma vieille bande d’amis de l’université. Les Amis réunis, c’est le nom de leur blogue, mais ça traduit parfaitement cette bande joyeuse de groupies de vignerons. De la dégustation dans le plaisir, jamais dans le jugement. Ici, on ne s’intéresse pas aux accords mets et vins, mais plus aux histoires derrière les cuvées dégustées.

Les amis réunis, Amphibolite

C’est le boulot qui aura placé Benoit et Mélanie sur le chemin du blogue Les amis réunis. Alors qu’ils vont tourner les émissions Benoit le bienheureux et Benoit à la plage, Benoit demande à ses amis importateurs quels domaines mériteraient d’être visités. Tout au long de leur périple français, les deux amis partent à la recherche des bouteilles ultimes, celles qui te dressent le poil de bras. « Tout a commencé au Domaine de la Janasse. C’est là que j’ai compris la complexité du vin », lance Mélanie. Lors d’une dégustation de plusieurs millésimes du domaine situé dans le Rhône méridional, Mélanie est tombée amoureuse du vin par le charme du producteur.

Derrière Les Amis réunis il y a une volonté de partager avec les gens les histoires derrière les vins qu’ils apprécient.

Les amis réunis recherchent avant tout un moment à vivre ensemble et une histoire à raconter. La quête du vin vibrant et authentique oui, mais tout d’abord un pied de nez à l’ennui et un hommage à l’amitié.

Les Amis réunis c’est un peu leur retour à la terre, leur soif de poésie et leur besoin d’ancrage combinés. Ils souhaitent inspirer, éclairer et partager de manière libre et indépendante.

Les Amis réunis, c’est Marie-Pier, Benoit et Mélanie, mais plusieurs autres qui se greffent à eux au gré des dégustations.

Capture d’écran 2015-10-15 à 12.55.52

Bien avant ce périple français, il y a eu ces rendez-vous spontanés d’amitié. « Au fond, nos rencontres étaient toujours autour d’une bonne bouffe et de bons vins depuis toujours » raconte Marie-Pier.

« Dans Les Amis réunis, Benoit, c’est les mots, Marie-Pierre, l’organisatrice et dégustatrice hors pair. Elle a toujours le mot juste en dégustation » explique Mélanie. Si vrai! Quant à Mélanie, elle est la directrice artistique ploguée sur le 220. T’essaieras de t’ennuyer en compagnie de Mélanie Charbonneau, impossible! À coup de gaffes qu’elle appelle des « charbonismes » et d’anecdotes croustillantes, on ne peut qu’être séduit.

Je trouve ça à la fois déroutant et extrêmement stimulant de rencontrer des gens qui ne travaillent pas dans le vin, mais qui prennent autant de temps pour l’apprécier. Et ça vient avec une bonne dose de spontanéité, on est plus dans le ressenti que dans l’intellect et ça, ça fait du bien.

Capture d’écran 2015-10-16 à 11.19.13

_DSC0083

Le Jura

S’il est une région qui rallie les trois protagonistes, c’est le Jura. Marie-Pier se rappelle un vin, dégusté à l’anniversaire de Benoit, qui l’avait renversée. Pendant la dégustation pour SAQ Cellier, on a tous vécu un moment d’émotion avec le poulsard de l’ami Karl du Domaine de la Pinte, importé au Québec par Raisonnance.

« Quand tu ressens une émotion à la poitrine en prenant une gorgée, quand ton corps te dit que c’est bon, tu atteins alors un niveau de joie supérieur. C’est ce que j’ai ressenti avec le poulsard de l’ami Karl. Un nez complexe qui te fait valser, une poésie qui heureusement ne s’explique pas facilement. » Benoit

« On a l’habitude d’associer jura blanc et comté, mais le mariage avec ce jura rouge est tout autant satisfaisant. » Marie-Pier

Marie-Pier Gauthier
Marie-Pier
Mélanie Charbonneau
Mélanie
Benoit Roberge
Benoit

Capture d’écran 2015-10-16 à 11.18.31

Ce qui me plaît dans le vin, ce sont les rencontres comme celle-ci. Les wine geeks au Québec, il y en a de plus en plus et chaque occasion de déguster avec eux me forme et façonne ma vision du vin. Je relis parfois de vieux billets de blogue et je n’y reconnais plus ce que je suis. J’ai envie de plus d’authenticité, de portraits d’amateurs, de vignerons. C’est là-dessus que j’aime écrire et c’est certainement pourquoi j’aime lire Les Amis réunis : une belle plume et des récits de voyage, il n’en fallait pas plus pour me charmer. Oh, et justement, j’ai des portraits de vignerons de mon voyage en Grèce qui s’en viennent. 😉

Longue vie au blogue Les Amis réunis!