Le vin bio est-il plus cher ?

Le vin bio est-il cher

Dans un supermarché, il n’est pas rare de trouver deux bouteilles de vin issues de la même région et similaires à bien des égards. Elles affichent pourtant deux prix différents. L’une, sans certification, est à 9,99 euros. L’autre, certifiée Bio, est à 12,99 euros.

Bon nombre de consommateurs optent naturellement pour la première. En réalité, ils ignorent les coûts invisibles se cachant derrière le prix de prime abord alléchant. Ceux-ci résultent plus précisément d’un mode de culture agressive et faisant la part belle aux pesticides et autres produits peu recommandables. Combien coûte vraiment les vins biologiques ?

Quelques explications sur la différence de prix


Divers éléments permettent d’expliquer le prix plus élevé du vin bio, par rapport au vin conventionnel. Pour la chambre d’Agriculture de Gironde, le surplus est à mettre sur le compte d’un coût de production majoré à 28 %. L’institution parle aussi d’une moyenne de rendement minorée de 20 % par rapport au vin conventionnel. De plus, le mode de culture bio implique aussi des frais d’embauche plus significatifs.

En outre, il faut aussi savoir que les producteurs bio doivent également s’acquitter de frais relatifs aux certifications. Un coût qui n’existe pas dans la chaîne de production de vin conventionnel.

Quoi qu’il en soit, force est de constater que le vin bio gagne de plus en plus de terrain. En France, le chiffre d’affaires du secteur a triplé sur la période de 2012 à 2018. Reste à augmenter la surface totale du vignoble dédié au bio, d’autant que l’Hexagone est le premier consommateur de vin à travers le monde.

Vin bio cher

Notion de « coûts externes »

Le prix à première vue plus avantageux d’une bouteille de vin conventionnel est à mettre sur le compte du système de tarification actuel. Celui-ci ne prend effectivement pas en compte les coûts externes. L’on parle de « coûts invisibles » engendrés par un mode de culture pour le moins agressif. En guide d’exemples, on peut citer :

  • Les coûts d’assainissement des eaux : les produits phytosanitaires ont un pouvoir contaminant redoutable.
  • Les coûts de traitement de cancer : les vignerons utilisant des pesticides s’exposent à d’importants risques sanitaires.
  • Les coûts liés aux perturbateurs endocriniens : la perturbation du système nerveux est un des dangers auxquels les vignerons sont exposés.

Si ces divers coûts sont supportés par les vignerons, le vin conventionnel ne peut qu’afficher des prix plus élevés, et donc plus réalistes. Pour le moment, ils se répercutent directement sur les contribuables, à travers la Sécu.

Le vin bio est-il cher

Une configuration inadmissible aux yeux des vignerons et militants bio, lesquels appellent de leurs vœux la mise en place d’une taxe de pollution. Ils revendiquent également un système de contrôle plus poussé. De cette manière, les consommateurs pourront avoir la liste des produits systémiques utilisés, avec des proportions bien définies.

En attendant, il est donc judicieux d’affirmer que le vin bio reste plus avantageux sur le long terme. Contrairement au vin conventionnel, il affiche effectivement l’ensemble des coûts de production.

Ces sujets peuvent aussi vous intéresser :

Avis et Commentaires


Stéphanie

Je suis formatrice indépendante en œnologie et blogueuse vin depuis plusieurs années. Cela fait en tout 4 ans que je suis dans l’univers du vin. Parmi mes plus grandes passions dans la vie, il y a les vins. J’aime déguster un bon millésime et découvrir de nouveaux vins. Mais pas seulement, j’apprécie également partager mes connaissances autour du monde des vins français.