Pedralonga

L’arrivée surprise

Nous revenions d’une visite incroyable à Pazo Baión avec des gens chaleureux, un décor bucolique, une dégustation de très bons albariños accompagnés de délicieux petits tapas. En m’assoyant dans l’autobus, je me suis dit que la prochaine visite ne pourrait être aussi extra. On nous informe que le vignoble Pedralonga est à 30 minutes de route. Tant mieux, un peu de repos ne nous fera aucun mal. On s’endort rapidement. Dix minutes plus tard, je suis réveillée par une discussion animée entre le chauffeur et un homme aux jeans troués, les cheveux en bataille. On nous informe que le chemin pour se rendre au vignoble est trop étroit et que nous devrons marcher le reste. En marchant, j’observe Miguel, notre hôte. Plus il parle, plus je le trouve sympathique. Nous arrivons devant sa maison, dans laquelle une grande pièce est convertie en chai. Alors que nous revenions d’un château, le chai dans la maison, c’est plutôt convivial et sans prétention. Je suis conquise.

Nous visitons alors les vignes. Miguel, l’oenologue de Pedralonga, cherche des grappes d’albariño et de caiño tinto à nous faire goûter. C’est l’heure du coucher du soleil, les vignes sont magnifiques avec leurs teintes orangées et rouges trahissant la saison froide d’automne.

Processed with VSCOcam with c1 preset

IMG_0103

Les vins

Élaborés selon les préceptes de Rudolf Steiner, père fondateur des principes de la biodynamie, les vins du vignoble Pedralonga sont droits, frais et typiques de ce à quoi on peut s’attendre d’un albariño, avec le petit côté nature en plus. Des vins plus complexes avec plus de matière que ceux dégustés jusqu’à présent et plus ronds, témoignant d’un élevage sur lies. Sur les millésimes dégustés, j’ai préféré le 2011, plus complexe, plus long et avec une minéralité qui me plaît.

Capture d’écran 2014-11-29 à 22.03.36

Miguel nous explique que l’étiquette des vins change chaque année selon l’élément qui a été le plus déterminant et caractérise le millésime.

Pedralonga

Le vieux millésime

Un collègue de voyage demande alors à Miguel s’il est possible de faire vieillir un vin issu de ce cépage. Miguel nous demande alors si l’on a envie de déguster un 2001. Hell yes. Le clou du spectacle. Ne me parlez plus, je n’entends pas, je suis avec mon verre d’albariño de Pedralonga 2001. Pouvez-vous nous laisser seuls, svp?

Pedralonga

Jusqu’à présent, on nous avait dit que l’albariño n’était pas un cépage qui vieillit bien, mais ici c’est autre chose. Le vin est complexe, davantage sur les fruits confits, mais toujours aussi charmeur et son acidité vive prouve hors de tout doute que le vin est encore bien vivant.

L’histoire

IMG_9159

IMG_9157

Le père de Miguel, Francisco Alfonso, débarque vers la fin de notre discussion avec de vieilles photos de ses ancêtres. Vigneronne depuis plusieurs générations, la famille Alfonso a vécu une rude période alors que les difficultés financières l’a obligée à céder le vignoble aux créanciers. En travaillant fort, la famille a pu racheter le vignoble des années plus tard.

J’aimerais vous donner plus de détails, mais mon espagnol ne me permettait pas de comprendre toute l’histoire familiale. Une chose est certaine, le vin était bon et Miguel et Francisco, de vrais hommes bons. Nous sommes partis muets, comme si la rencontre nous avait émus.

Je suis repartie avec un magnum d’albariño autographié des mains de Miguel. Ça, je le garde pour une occasion spéciale.

Processed with VSCOcam with c3 preset

[Les vins de Pedralonga sont importés au Québec par l’agence Symbiose vins.]

J’ai été invitée par Denomination of Origin of Rías Baixas pour ce voyage de 5 jours de découvertes dans le Rias Baixas.

Portrait de Rías Baixas

Présentement dans l’avion entre New York et Madrid pour ensuite me rendre à Pontevedra, je termine tout juste mes lectures sur l’appellation Rías Baixas, où je vais. Avant de pouvoir vous raconter mes découvertes et les histoires des vignerons rencontrés, voici un portrait de l’appellation.

IMG_8849

Rías Baixas est la denominación de origen (DO) la plus importante en Galice située dans le nord-ouest de l’Espagne et terre de prédilection de l’albariño. Ce cépage, encore méconnu il y a vingt ans, gagne aujourd’hui en popularité.

Une région verdoyante où l’on prône l’utilisation des pergolas traditionnelles qui permet une meilleure ventilation des vignes nécessaire pour contrer les dommages potentiels de la bruine provenant de l’océan. Ici, on vendange à la main.

L’albariño constitue 94 % de l’encépagement de l’appellation. De moindre importance, les autres cépages de l’appellation sont les suivants : godello, loureira blanca, treixadura, caiño blanco. Bien qu’ils soient un peu plus marginaux, des cépages de vins rouges tels que le loureiro tinto et le caiño tinto sont également cultivés.

IMG_8981

On compte 6 584 producteurs se séparant 3 814 hectares. Cela signifie beaucoup de petites parcelles et des propriétaires qui cultivent généralement pour leur consommation personnelle. La grande majorité des vins produits dans la région est destinée à la consommation locale.

IMG_8718

Rias Baixas: 5 sous-régions

Val do Salnés

Située près de l’Atlantique, Val do Salnés est la région la plus froide et humide de l’appellation. C’est ici que l’on retrouve la plus grande concentration de vignobles et les plus vieilles vignes.

J’irai visiter les domaines Paco et Lola, Pazo Baión, Pedralonga, Terras de Lantaño, Adega Eidos et Vionta.

Val Do Salnès, Rias Baixas

Condado do Tea

Nommée en l’honneur de la rivière Tea, cette région montagneuse longe le fleuve Miño. Il s’agit de la deuxième région en importance. Le climat y est continental, sec et chaud.

J’irai visiter Bodega La Val.

O Rosal

Longeant également le Miño, O Rosal est située tout près du Portugal. Les vignobles terrassés longent le fleuve Miño séparant l’Espagne du Portugal.

J’irai visiter Santiago Ruiz et Terras Gauda.

Ribeira do Ulla

Nouvellement intégrée en 2000, cette région, située près de la vallée de Salnés, est davantage à l’intérieur des terres avec un climat continental plus chaud.

Soutomaior

C’est la plus petite des sous-régions.

Accords d’albariño

Pour les accords, tous s’entendent pour dire que le célèbre albariño aime se frotter aux produits de la pêche locale. On m’a d’ailleurs avertie qu’on dégusterait plusieurs plats de fruits de mer. Tough life.

IMG_8870

Ce que je trouve le plus intéressant avec les visites des prochains jours, c’est l’opportunité de comparer plusieurs vins d’un même cépage et d’en approfondir la connaissance. Les comparaisons deviennent alors beaucoup plus aisées. J’aimerais revenir de ce voyage et identifier tous les albariños qu’on me servira à l’aveugle. C’est un défi personnel que je me lance.

Prochain billet à venir lorsque j’aurai de vraies expériences à vous raconter, pas seulement de la théorie. Hang in there.

J’ai été invitée par Wines from Spain Canada en voyage dans Rias Baixas.