Deux Brun pour une brune

C’est la semaine de la poutine! Moi qui ne suis pas nécessairement une grande fan de poutine, je me fais souvent demander quel vin choisir avec ce célèbre plat bien gras. Motivée à vous trouver les accords qui sauront être aussi exquis qu’efficaces, voici mes deux suggestions pour votre poutine classique.

D’abord, réglons un truc : une bière serait davantage l’ami convenu de vos frites baignées dans sa sauce brune tant convoitée. Mais, voyez-vous, je préfère boire du vin. Place donc aux deux Brun pour une brune – la sauce, j’entends.

Jean-Paul Brun

S’il est un producteur que l’on associe au Beaujolais, c’est bien Jean-Paul Brun. Je découvre chacun de ses vins avec grand plaisir comme si j’ouvrais la porte d’un trésor secret à chaque fiole. Un jour, j’irai visiter le Domaine des Terres Dorées pour rencontrer ce producteur dont la philosophie du vin me plaît.

Le domaine des Terres Dorées, exploitation familiale dirigée par Jean Paul Brun, est situé à Charnay-en-Beaujolais, à 5 kilomètres au sud-ouest de Villié-Morgon. Ce viticulteur a effectué plus de 30 vinifications depuis son installation en 1979, après que son père eut quitté une coopérative pour monter ce domaine, qui faisait 4 hectares à l’origine. Aujourd’hui, l’exploitation couvre 44 hectares répartis sur plusieurs terroirs.

Les gestes et les pratiques de Jean-Paul Brun mettent en avant le respect de l’environnement, avec un vif intérêt pour les méthodes bio. Les sols sont par exemple labourés à la charrue, et le cuivre ainsi que le soufre sont préférés aux produits physotanitaires pour préserver les vignes. Les vendanges sont manuelles et ne se font qu’à pleine maturité. Dans la cave, le raisin fermente avec ses propres levures, issues du terroir. – Le Figaro Vin

J’ai trouvé cette sympathique vidéo tournée par ma collègue Marie-Julie Gagnon du blogue Taxi-Brousse:

 

Jean-Paul Brun Terres Dorées Morgon 2013

Vin et poutine

Pour qu’un vin rouge soit l’allié de la sauce brune d’une poutine classique, il doit avoir une bonne acidité pour « couper dans le gras », mais également assez de structure pour ne pas se faire « offstager ». Comme le sel diminue la perception d’acidité dans le vin, il est bien de choisir un vin doté d’une fraicheur marquée, comme c’est le cas ici. Le fruit du vin semble plus présent lorsque je le déguste en accompagnement de la poutine.

Jean-Paul Brun Beaujolais Chardonnay 2013

Vin et poutine

Ce vin me créé une dépendance, littéralement. J’en ai bu durant les vacances du temps des Fêtes et ce week-end. J’en veux encore. Emmenez-moi une caisse, svp! Ici, l’accord tranchant fait place à l’accord de texture puisque le vin a un beau gras en bouche. Résultat, une harmonie totale, on en veut plus!

Mon accord gagnant? Les deux. Ces vins me plaisent et m’ont fait passer un beau moment avec ma poutine. Je pencherais peut-être un peu plus vers le chardonnay.

Aussi, surveillez ce vin blanc du Nouvel arrivage Cellier de jeudi: Quinta do Pôpa 2014. Je dois justement testé l’accord avec une poutine cette semaine. Pour avoir déjà dégusté le vin, je suis convaincue que l’accord sera intéressant. À suivre!

Quinta do Pôpa 2014

Capture d’écran 2016-02-01 à 14.03.56

 

 

Stéphane Ferreira a dédié à son grand-père Francisco, surnommé « pôpa », cette cuvée du domaine, acquis par son père dans le Douro. Un rêve familial réalisé avec l’aide du réputé oenologue Luis Pato. SAQ.com

Et vous, avec quoi aimez-vous accompagner votre poutine classique?

 ***

Jusqu’au 7 février,  dégustez les poutines créées par des chefs d’ici. Découvrez ses poutines sur le site de La Semaine de la Poutine. #PoutineWeek

[Je n’ai reçu aucune compensation ou offre pour parler de La Semaine de la poutine. J’en avais envie, tout simplement! ]

La loi Évin et la liberté d’expression

La présence des messages publicitaires a une influence sur notre consommation quotidienne. Lorsqu’il s’agit de promouvoir l’alcool, les publicitaires font face à de grands défis. Bien évidemment, je salue toute initiative qui vise à encourager la modération de la consommation d’alcool. Par contre les récents ajouts à la Loi Évin en France vont, à mon sens, beaucoup trop loin.

Mais qu’est-ce que la Loi Évin?

La loi Évin, du nom de son auteur Claude Évin (ou loi du 10 janvier 1991 relative à la lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme), lutte contre le tabagisme en établissant le principe d’une interdiction de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif, ainsi que dans les lieux collectifs de transport. Concernant l’alcool, elle limite fortement le droit de faire de la publicité pour les boissons alcoolisées afin de protéger les jeunes des opérations de marketing. – Wikipedia

Des exemples concrets:

 

Blog rue 89
Source: NO WINE IS INNOCENT

En bref, la consommation de vin baisse en général, tandis que la consommation d’alcool augmente chez les jeunes en particulier : dans le premier cas, la loi Evin n’y est pour rien, dans le second cas, elle n’y peut rien… Le problème de la loi Evin, c’est donc surtout qu’elle ne sert à rien. – Source: NO WINE IS INNOCENT

Cette capsule explique simplement les enjeux liés à la nouvelle interprétation de la Loi Évin:

« A quelques jours de la présentation des grandes lignes de la prochaine Loi de Santé Publique par le Ministère de la Santé, Vin & Société au nom des 500 000 acteurs de la vigne et du vin appelle à un débat constructif et fait trois propositions : revenir à l’esprit originel de la Loi Evin : encadrer la publicité et protéger les populations à risque ; clarifier les frontières entre ce qui relève d’une part de la publicité, d’autre part de l’information journalistique, du divertissement, de la création artistique et culturelle ; permettre d’exprimer des messages de consommation responsable (seule l’incitation à l’abus devant être condamnée) dans les publicités et diffuser les repères de consommation du PNNS (Programme National Nutrition Santé) et culturelle. » Communiqué de presse de Vin & Société

Anecdote d’un vigneron de Puligny-Montrachet:

Qu’on fasse attention pour ne pas faire la promotion d’une consommation non responsable je veux bien, mais peut-on également laisser les journalistes, blogueurs et surtout vignerons libre de parler de vin? Imaginez quand même la perte, en France mon blogue pourrait devenir illégal. Non, mais!

D’après vous, quels sont les moyens efficaces de prévenir l’abus d’alcool chez les jeunes?

Pour obtenir plus d’information sur le sujet, je vous suggère de consulter le site si bien fait par Vin et Société.