Dix réflexions californiennes

Dix réflexions californiennes

De retour d’un séjour en Californie dans le comté de Santa Barbara au Wine Bloggers Conference (WBC14), je reviens avec quelques apprentissages et constats en plus.

– Du zinfandel, ça peut être bon, parfois. >> Désolée pour les amoureux du zin, mais j’ai toujours pensé qu’il était impossible que j’apprécie ce cépage un jour. Et voilà que j’en ai dégusté des intéressants. Pas de quoi écrire une lettre à ma mère, mais quand même, je m’ouvre à la découverte de ce cépage.

–  J’ai l’immense envie de me retaper le film Sideways en sirotant un bon pinot noir. >>  J’ai d’ailleurs rapporté le pinot noir du producteur et propriétaire du célèbre restaurant où ont été tournées quelques scènes du film, le Hitching Post II. Superbe pinot, vraiment. J’y suis allée avec un ami anglais rencontré à la conférence. On a pris le temps de manger et ensuite on est passés au bar pour déguster d’autres vins de la maison. Assise à côté d’un habitué qui me racontait l’avant et l’après-effet Sideways, je dégustais ces délicieux pinots. Un touriste est entré pour demander un verre de merlot, on s’est regardés avec le sourire en coin. Ceux qui ont vu le film comprendront, pour les autres, louez-le vite en vous assurant d’avoir un bon vin à boire en même temps.

Hitching Post II

Hitching Post

– Pour aider un consommateur, il faut d’abord le respecter. >> Le conférencier Tim Hanni, Master of Wine, m’a captivée avec sa présentation « Understanding wine perception, preferences & values ». Il a mis en lumière l’absurdité du jugement de goût que les professionnels posent parfois. Voici un exemple éloquent : vous allez vous acheter une paire de chaussures et le vendeur vous apporte une paire que vous n’aimez pas, vous les essayez et êtes vraiment inconfortable. On verrait mal un vendeur vous répondre que vous allez vous y habituer, qu’il existe des cours pour apprendre à être confortable dans ces souliers et qu’un jour vous serez assez intelligent pour comprendre le confort de ce soulier, comme les professionnels. Et voilà. Cessons de dire aux gens ce qu’ils devraient boire et incitons-les à la découverte de manière positive et humble.

– Suivre le cours WSET était une bonne idée. >> L’an dernier à Londres, j’ai eu du mal à saisir comment les Anglais dégustaient. À des années-lumière de ce que j’avais appris à l’ITHQ, le WSET m’a permis non seulement de comprendre cette méthode largement utilisée pour déguster, mais je réalise également que je peux dorénavant voyager n’importe où et parler de vin avec les producteurs en français aussi bien qu’en anglais. Et ça, ce n’est pas rien. J’apprécie le cadre théorique que ce cours m’a apporté, autant que la logique systématique qui m’aide quotidiennement à mieux déguster.

– On est loin de la coupe aux lèvres. >> Tel un ti-cul qui se fait remettre à sa place dans la cour d’école, chaque rencontre de pros me permet de voir le chemin que j’ai encore à parcourir. En même temps, c’est ce qui est le plus excitant dans ce domaine, il y a tant à apprendre. Et quand je me fais confiance, je ne cesse de m’améliorer en dégustation.

– L’assemblage de pinot noir et sauvignon blanc, c’est non. >> Un producteur nous a fait goûter son «Sauvignoir». Le vin et le producteur semblaient sortis tout droit d’une bande dessinée. Je passe.

Sam's dago red

– Je préfère le pinot noir aux assemblages bordelais de Santa Barbara. >> Non, mais y’en a marre des « Bordeaux blend ».

– Je veux encore plus faire de vidéos pour mon blogue. >> J’ai vu une conférence d’un duo de blogueuses qui fait exactement (sensiblement) le même concept de vidéos que je suis en train de développer pour mon blogue. J’adore faire ces capsules et ce nouveau format me ressemble encore plus. À suivre…

– J’aime les blogueurs vin. >> Situé à mi-chemin entre le professionnel et l’amateur néophyte, le blogueur vin se sent parfois isolé. Ce sont de vrais passionnés. Il le faut pour prendre le temps d’écrire, de faire des recherches, de prendre des photos de toutes les bouteilles bues, tout cela bénévolement. J’ai rencontré quatre blogueurs intéressants, un peu fous au Wine Bloggers Conference. Des gens avec qui je veux vraiment garder contact. Puisque chacun a sa spécialité, je sais que je vais apprendre d’eux et je compte bien suivre leur blogue. [Je vous les partagerai dans un billet à venir.]

IMG_5264

IMG_5325

IMG_5045

– Une conférence de blogueurs vin, c’est dur sur le foie et ça dilate la rate. >> Que de partys et afterpartys mémorables, de dégustations matinales accompagnées de plats épicés. Vraiment, mon foie m’en veut encore. Ça valait le coup quand même!

Voilà, je reviens de ce voyage avec de fabuleux souvenirs et motivée à continuer ce blogue et à vous partager mes découvertes.

[Prochain billet sur mon voyage à Santa Barbara, Californie : le vignoble Lafond, un Québécois à Santa Barbara.]

No Comments

Post a Comment